jeudi 28 mai 2015

Manuel Valls à Marseille pour valider la reconnaissance d' un collège UOIF par l'état (Europe1) : islamisme républicain ?

22 mai 2015, le député PS Samia Ghali à la pause de la première pierre de l'extension du collège Ibn Khaldoun (UOIF). Amar Lasfar, président de l'UOIF, entouré par les ambassadeurs du Qatar et du Koweit.

Selon Europe 1 "Manuel Valls se rend vendredi dans la cité phocéenne pour acter la reconnaissance par l'Etat d'un établissement privé confessionnel musulman". Dans son article,  la station Europe1 omet sciemment de préciser de quel collège il s'agit, et ne parle pas non plus de la cérémonie de la pose de la première pierre avec le président de la sulfureuse UOIF, Amar Lasfar, et l'ambassadeur du Qatar et celui du Koweit (lire) , qui a eu lieu la semaine dernière ! Europe 1 préserve le premier ministre venu "vendre" à l'opinion l'existence d'un" islam de France" dont Bernard Cazeneuve veut promouvoir l'expansion par une fondation garantissant les emprunts des projets.


Lire le discours d'inauguration sur le site du collège Ibn Khaldoun.


L'UOIF étant de notoriété publique la branche française du mouvement totalitaire des Frères Musulmans, dont les conférenciers vedettes prônent l'extermination des juifs et des homosexuels et la conquête de l'Europe (Y.Qaradawi, S.Higazi, T.Swaidan etc.).


Pour avoir une idée de la pensée d'Amar Lasfar - président de l'UOIF- on lira ses écrits et prises de positions suivantes :

Dans un entretien dans la revue Homme et migration en 1999 il dégradait la citoyenneté républicaine sur laquelle il souhaite faire primer l’appartenance à la oumma (communauté des croyants), l'objectif avoué étant que la charia remplace à terme les lois impies de la république :

« Dans l’islam la notion de citoyenneté n’existe pas, mais celle de communauté est très importante, car reconnaître une communauté, c’est reconnaître les lois qui la régissent. Nous travaillons à ce que la notion de communauté soit reconnue par la République. Alors, nous pourrons constituer une communauté islamique, appuyée sur les lois que nous avons en commun avec la République, et ensuite appliquer nos propres lois à notre communauté » (Amar Lasfar cité dans "La cité mode d'emploi", Homme et migrations n° 1218, mars-avril 1999 p.55)

Dans la même veine, avant de réorienter sa stratégie de communication, il affirma : «  L’Assimilation suppose pour les populations islamiques se fondre à terme dans la population. Ceci est exclu car cela signifie l’abandon de la loi islamique […] Il n’y aura pas de dérogation à cette règle ». Amar Lasfar, conférence à l’Alliance régionale du Nord, 9 octobre 1997


Manuel Valls est entré dans la voie de la collaboration avec les Frères Musulmans. C'est factuel. Ceux qui ont lu notre livre-enquête sur la collaboration des élus avec les islamistes ne seront pas surpris :

Trailer : Vos impôts et les mosquées, Ces... par joachimv






Observatoire de l'islamisation, 28 mai 2015.


mardi 26 mai 2015

Les complices de l'islamisme : mosquées UOIF sur fonds publics, l'enquête de 320 pages.




Présentation de l'éditeur :
  Manuel Valls a inauguré la Grande mosquée de Cergy, édifiée sur un terrain de la mairie socialiste contre un loyer dérisoire. Son imâm défend ouvertement les Frères Musulmans dont le passage aux affaires en Egypte s'est soldé par de nombreuses exactions, et la tentative d'islamiser les lois. 

  Paris, qui croule sous une dette de 400 millions d'euros, a trouvé 16 millions d'euros pour son Institut islamique.

  A Nantes, la mairie a contribué à financer l'institut islamique de la branche française des Frères Musulmans, l'UOIF, à hauteur de 200 000 euros en 2009. Le maire s'appelait alors Jean-Marc Ayrault. 

Alain Juppé assure lui qu'il "fera tout pour qu'un terrain soit disponible" pour la Grande Mosquée de Bordeaux. L'imâm Tareq Oubrou qui dirigera l'endroit persiste dans son dernier livre à s'avouer membre des Frères Musulmans, dont le Guide suprême souhaite "contrôler l'Europe". Votre maire collabore-t-il avec l'islamisme ? Cette deuxième édition a été largement actualisée et augmentée après les municipales 2014.

  Les mairies de Marseille et Nice ont été elles épinglées par le tribunal administratif pour des entorses à la loi de 1905, tandis que plusieurs députés financent des mosquées sur leur réserve parlementaire. Le maire de Nîmes, vice-président de l'UMP, a lui cédé un ex temple protestant à des islamistes dont les bulletins internes sont marqués d'un extrémisme inquiétant. 

L'auteur :
Joachim Véliocas dirige l'Observatoire de l'islamisation. Il est analyste pour le centre de prospective Wikistrat basé à Washington. Son premier livre-enquête, L'islamisation de la France (2006) a fait entrer ce thème dans le débat public.

vendredi 22 mai 2015

Membre de l'Association Libyenne des Oulémas, il prescrit la conversion, l'impôt ou la mort pour les non musulmans.



Le 16 mai 2015, sur la grande chaîne libyenne Tanasuh TV, le "savant" Muhammad Bujalila a enseigné doctement le sunnisme traditionnel : le jihâd comprend la triple alternative , conversion, impôt islamique (jizya) ou combat contre les non musulmans "même s'ils n'ont pas été hostiles à l'islam préalablement".

L'Association Libyenne des Oulémas s'est constituée dans le sillage du Conseil National Syrien dominé par les islamistes, installé par Nicolas Sarkozy sur les conseils avisés de BHL.

Le maire PS aurait permis les 90 000 euros de loyers impayés au bénéfice de la mosquée d' Argenteuil (Le Parisien)

"Nouvelle polémique à Argenteuil. Le maire (UMP) Georges Mothron a interpellé son prédécesseur Philippe Doucet (PS), ce lundi soir en conseil municipal sur la mosquée As Salam, dite Dassault, actuellement en travaux.

 « Les faits sont graves », lâche Georges Mothron, qui parle même « d’un dérapage sur la laïcité ».

Depuis 2013 et le lancement des travaux, la structure cultuelle occupe des locaux, avenue du parc. « Votre décision précisait que cette mise à disposition était consentie en contrepartie d’un loyer de 60 000 € par an, lâche le maire en direction de Philippe Doucet. Comme vous le savez, la ville n’a jamais touché le moindre centime pour le paiement de ces loyers, soit, à ce jour, environ 90 000 €. » D’après le maire, le socialiste aurait fait une promesse aux responsables d’Assalam. « À quelques mois des élections municipales et pour aider l’association, vous auriez convenu de ne pas lui faire payer son loyer », poursuit Georges Mothron. Il regrette également la réalisation de travaux « d’un montant de 400 000 €, non budgétisés ». Mohamed El Aissaoui, président de l’association confirme ce mercredi après-midi. « Dès le départ, nous avons expliqué qu’on ne pouvait pas payer de loyer. Lire la suite

Sur le sujet au niveau national lire l'enquête ces Maires qui courtisent l'islamisme :

Une classe bilingue Franco-Arabe à Dijon : "le rectorat ne souhaite pas communiquer"

En septembre prochain, une classe bilingue franco-arabe ouvrira au collège Carnot, à Dijon. Une première en Bourgogne, sur laquelle le rectorat ne souhaite pas communiquer…(suite sur édition abonnés) Lire sur le Bien Public

jeudi 21 mai 2015

Estrosi pointé comme "complice de l'islamisme" par Marianne (subvention UOIF + mosquée cadeau)



Un cheikh saoudien interdit d’entrée en France vient pour la troisième fois dans une mosquée de Roubaix

Lu dans La Voix du Nord :


Le 8 mai, la mosquée Abou Bakr, dans le quartier du Pile à Roubaix, a accueilli pour la troisième fois en deux ans le cheikh Mohammed Ramzan al-Hajiri. Celui-ci n’est pourtant, en théorie, pas autorisé à pénétrer sur le territoire français. 


C’est une note, adressée au directeur général de la police nationale, tombée entre les mains du Canard enchaîné. Elle est quelque peu embarrassante pour les services de renseignement. Elle signale que le cheikh saoudien Mohammed Ramzan al-Hajiri est présent à Roubaix. Or, il n’a en théorie pas le droit de pénétrer sur le sol français. Interdit de séjour jusqu’en 2050, précise le Canard dans son numéro paru ce mercredi.
Pour être précis, le prédicateur salafi n’est pas sous le coup d’une mesure judiciaire. Il fait l’objet d’une fiche « TE » d’opposition à son entrée sur le territoire, délivrée par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) car il serait un « individu susceptible de troubler l’ordre public en raison de ses prêches islamistes radicaux ». Tous les pays de l’espace Schengen en sont informés et ne doivent pas lui laisser franchir leur frontière. Apparemment, le cheikh aurait rusé, modifiant légèrement son nom en Alhajri sur son visa. Les douaniers italiens n’y auraient vu que du feu.

1 500 personnes au séminaire

Le ressortissant saoudien jugé indésirable par la DGSI a donc passé le week-end prolongé du 8 Mai dans la mosquée Abou Bakr Essedik, dans le quartier du Pile à Roubaix. Comme en août 2013 et en avril 2014. Farid Gacem, responsable de la mosquée, ne voit pas le problème : « Aucun élément, recommandation ou document officiel n’atteste cette interdiction de séjour », dit-il. Suite dans La Voix du Nord

Farid Gacem n'est autre que le frère de Rachid Gacem, ancien trésorier de la mosquée, qui, devant la caméra de John-Paul Lepers avait affirmé que si les musulmans deviennent majoritaires en France ils appliqueront les peines de la charia :

mercredi 20 mai 2015

"Il était une foi, l'islam…" Majid Oukacha démonte l'islam sur 450 pages.



Interview de Majid Oukacha par Joachim Véliocas le 19 mai à l'occasion de la sortie de son livre "Il était une foi, l'islam…" (éditions Tatamis, 2015).

Courageux essai pour cet apostat de l' islam, religion qu'il a pratiqué assidûment à la mosquée avant de découvrir dans le hâdith et le Coran des éléments qui l'ont poussé à remettre totalement en cause sa foi. Il dénonce aujourd'hui l'illogisme, la violence, les atteintes aux droits fondamentaux des hommes, intrinsèques à l'islam classique. Achat en ligne

.

mardi 19 mai 2015

"Pas de justice, pas de paix" le mot d'ordre belliqueux de Tariq Ramadan repris dans les mobilisations pour Zyed et Bouna

Alors que les médias rapportent que les manifestants révoltés pa la relaxe des policiers dans l'affaire de la mort de Zyed et Bouna ont scandé "Pas de justice, pas de paix", nous rappelons que cette légitimation des violences urbaines a été formulée par Tariq Ramadan. Cette formule a même été reprise par la chanteuse populaire Christine and the Queens sur son compte twitter :



Un court extrait de la conférence donnée par Tariq Ramadan devant les fidèles Musulmans macônnais en mai 2012, en gras italique ci-dessous :

« Qu’est-ce que vous apportez à la France ? Cette spiritualité de la paix. Est-ce que vous êtes des agents de paix dans ce pays ? c’est quoi un agent de paix dans ce pays ? C’est quelqu’un qui peut dire au gouvernement français : « tant qu’il n’y aura pas de justice dans vos banlieues, vous ne serez pas en paix ici ! Tant qu’il n’y aura pas d’égalité d’accès au travail vous ne serez pas en paix, et nous on est des agents de la paix ! Ça veut dire quoi ? Qu’on est des agents de la justice, des agents de la dignité, la façon dont vous regardez les Arabes, ça ne tient pas, et on ne laissera pas faire ! Parce qu’on est solide, qu’on ne sera pas agressif, mais on sera juste. »
[59:00] source

Discours qui ne surprennent plus depuis que Tariq Ramadan fit une tournée avec le mouvement du « Printemps des quartiers populaires » en 2012. 

Le mouvement se présente comme les continuateurs des révoltes du ramadan 2005 contre la république :

"Puisant notre énergie et notre inspiration dans la révolte des quartiers en 2005, ( NDLR: 9000 voitures vandalisées, 200 millions d'euros de dégats, 126 policiers et gendarmes blessés durant les affrontements) dans les luttes pour l'égalité réelle, dans l'élan révolutionnaire des peuples du monde arabe et la lutte du peuple palestinien pour ses droits, dans les mobilisations exemplaires en Afrique, à Mayotte et celles des «Indignés» de la Grèce aux Etats-Unis, de l'Espagne au Chili, nous refusons de n'imaginer le futur que sous la forme d'une droite libérale, sécuritaire et raciste"suite

Sandra Ores, de Menapress  assista le 8 décembre 2012 à une réunion des individus et des mouvements signataires, dont Tariq Ramadan et Houria Bouteldja (qui anime des meetings avec le portrait de l'ex patron du Hamas en déco): 


"J’avale de travers, lorsque le premier intervenant de la soirée affirme que le Printemps des quartiers s’inscrit « dans la dynamique des émeutes de 2005 », émeutes menées en majorité par des jeunes d’origine maghrébine, ayant commencé en banlieue parisienne et s’étant propagées à travers la France. L’état d’urgence avait été déclaré pendant trois semaines, et des milliers de véhicules privés avaient été incendiés, et des commerces mis à sac.(…)

 Tariq Ramadan est un habitué des prises de positions légitimant les émeutes des jeunes musulmans :


Tariq Ramadan fait la polémique à Lille par GrandLilleTv

lundi 18 mai 2015

Le collectif AC le Feu aux côtés des familles de Zyed et Bouna fustige la "justice de race" et réclame des mosquées.



AC le feu, association financée par l'Etat pour calmer les « jeunes », avait publié des « cahiers de doléance » pour réclamer plus de « droits » aux jeunes musulmans. Outre l'autorisation du voile islamique dans la fonction publique et dans les entreprises privées, l'association remarque que la justice ne serait pas équitable :

   « Ainsi, c’est le sentiment d’avoir à faire à une justice de classe et de « race » qui se dessine. L’interpellation revient comme un leitmotiv au fil des cahiers : une justice plus juste ! »

Sur l'islam :

Voici une partie du point n° 7 des "cahiers de doléance" :

   « 7. Religion L’islam est sali par les médias, des personnalités « intellectuelles » ou politiques. Dans les cahiers de doléance, ceux qui s’expriment sur la religion parlent de l’islam. Si certains regrettent la loi d’interdiction du voile à l’école, l’essentiel des cahiers sur ce sujet évoquent l’inégalité que subit l’islam en France (concernant les lieux de culte, les cimetières …), les effets secondaires de la loi sur le voile en terme de regard social, de discrimination dans le monde de l’entreprise ou à l’embauche, et surtout, l’amalgame permanent entre islam et islamisme , islam et terrorisme, et l’idée sous-jacente que les musulmans ne seraient pas loyaux à la France et à la République. Beaucoup font le constat du nombre insuffisant de mosquées et par conséquent, du développement anarchique de salles de prière dans des lieux inadaptés, ce qui pourrait laisser le champ libre aux mouvements les plus radicaux. Il en est de même de l’absence de cursus de formation des imams en France (Ndr: totalement faux, il existe 8 écoles d'imams en France !). Si une partie des doléances regrette la place « marginale » des religions dans la société, une autre estime à l’inverse que la religion devrait rester strictement confinée au domaine privé. Les principales propositions des cahiers de doléances. • Lutter contre les obstacles multiples mis à l’acquisition des terrains nécessaires à la construction de mosquées (Ndr: quels obstacles ?), d’établissements scolaires religieux, et contre la rétention de permis de construire et des autorisations d’ouvrir. »


« Lutter contre les discriminations ou les insultes liées aux jugements de valeur sur le physique et les tenues vestimentaires (mini jupe ou voile) » . 


Mais ce n'est pas tout,  Mohamed Mechmache qui préside AC le Feu et qu'on a vu accompagner les familles des victimes au tribunal,  a intégré l'équipe du ministre de la ville François Lamy comme l'atteste le site de AC le Feu !





56 mosquées dans le Val-de-Marne, et des projets de grandes mosquées (Le Parisien)


Cinquante-six lieux cultuels musulmans sont identifiés sur le département. Ces derniers vont de la salle de prière de 40 m² à la mosquée de Créteil, 4 000 m². D’autres projets sont prévus.


Choisy, le projet de mosquée, voie des Roses, vient de rentrer dans sa « phase active », selon la mairie. Le maire Didier Guillaume (PCF) vient de signer l’acte d’achat du terrain. Les travaux devraient débuter en 2016.
A Fontenay, les travaux d’agrandissement de la mosquée, avenue Victor-Hugo ont démarré début 2014. Elle passe de 700 m2 à 1 300 m2.
A Valenton, l’Association des musulmans recherche les fonds pour sa mosquée de 2000 m2 (1,8 M€). Un protocole a été signé fin 2013 avec la municipalité pour le terrain, avenue de la Plage-Bleue.
A Villejuif, la future mosquée initialement prévue à la place de l’ex-gendarmerie ne semble plus d’actualité. Lors du dernier conseil municipal, Natalie Gandais (EELV), 1e adjointe en charge de l’urbanisme, a confirmé que le permis est aujourd’hui « inopérant ». « Nous avons proposé plusieurs terrains et l’association réfléchit ».
A Villiers, face à la saturation de l’actuelle mosquée, une nouvelle doit voir le jour sur un terrain de 1 000 m2, boulevard de Bishop’s Stortford. La mairie le confie à l’association Al Islah en échange du terrain actuel et qui pose notamment des problèmes de stationnement. Le nouveau lieu de culte pourrait ouvrir d’ici trois ans.

Grande mosquée à Chevilly Larue sur un terrain communal cédé par le maire PCF



La situation en Irak après la prise de Ramadi

Sœur Hatune Dogan : « L’islam c’est l’État Islamique : quiconque dit le contraire ment »



Née en Turquie en 1970, sœur Hatune Dogan est une religieuse syro-orthodoxe qui appartient, aujourd’hui, au monastère syro-orthodoxe de Warburg, en Allemagne. Encore enfant, elle a du fuir avec sa famille persécutée son pays natal pour se réfugier en Allemagne. Elle a commencé son intense travail de charité pour les pauvres et les persécutés dès l’âge de 18 ans et a fondé en Allemagne une fondation de bienfaisance, la Hatun Foundation, reconnue par la République fédérale et dont elle a reçu la plus haute distinction civile. Sa fondation œuvre dans 35 pays et notamment, en raison de la situation présente, au Moyen-Orient où elle se rend souvent, notamment en Syrie et en Irak. Elle n’hésite pas à sillonner le monde entier pour attirer l’attention sur la situation dramatique des chrétiens et appeler à l’aide. En ce mois de mai elle se trouvait aux États-Unis où elle a, notamment, accordé le 9 un entretien à CBN (Christian Broadcasting Network), une chaîne de télévision fondée en Virginie par le télévangéliste Pat Robertson. Dans ce très intéressant entretien mis en ligne le 11 mai, sœur Hatune Dogan, qui ne mâche pas ses mots, dénonce la situation des chrétiens et assène quelques vérités non politiquement correctes sur l’État Islamique. Voici la traduction de ses propos en anglais que vous pourrez entendre dans cette courte vidéo que je vous invite à découvrir ci-dessous. Elle dénonce, d’abord, l’abomination de ces femmes chrétiennes et yazidies asservies et vendues comme du bétail :

« Ils [les combattants de l’État Islamique] choisissent les plus belles d’entre elles, même si elles ont des enfants en bas âge, et se revendent entre eux ces filles, ces femmes. Ils ne les vendent pas à des gens d’une autre religion, mais uniquement à ceux de la leur, la sunnite (…) Il y a jusqu’à 12 000 otages, pour ne parler que des Yazidis, entre les mains de l’EIIL [État Islamique en Irak et au Levant]. Ce qui se passe là-bas, ce dont j’ai eu connaissance, c’est le dernier degré de la barbarie jamais connue dans l’histoire jusqu’à nos jours (…) Je ne suis pas venue ici [aux États-Unis] pour des vacances. Je suis venue ici pour apporter la voix de ceux qui sont privés de voix. Je suis leur canal. C’est cela ma mission (…) La mission de (Abu BakrBaghdadi de l’État Islamique, c’est de convertir le monde entier à la religion islamique et de le faire entrer dans le [Dar al-Islam] comme ils le disent. Et l’islam ce n’est pas la paix. Quiconque dit que l’EIIL n’a rien à voir avec l’islam, ou des choses de ce genre, est un menteur. L’EIIL c’est l’islam, et l’islam c’est l’EIIL (…) Nous avons qu’en islam la démocratie n’existe pas. L’islam et la démocratie sont opposés comme le blanc et le noir. J’espère que l’Amérique va le comprendre. L’Amérique aujourd’hui à le pouvoir d’arrêter ce désastre en train de s’accomplir sur notre terre, avec l’aide d’autres pays occidentaux ».

mercredi 13 mai 2015

Un salon des entrepreneurs pour femmes voilées à Meaux



13/05/2015 – FRANCE (NOVOpress)
L’association Saba a organisé, à Meaux (77), un salon dédié à l’entrepreneuriat des femmes musulmanes. Le salon aurait attiré plus de 500 personnes.
Pour la présidente de Saba, Sarah Harmouz, il s’agit de “donner une autre image de la femme musulmane, qui n’est pas soumise et inactive.” (sic).
Toujours dans la logique victimaire, ces femmes tentent d’expliquer qu’elles ont créé une entreprise car elles ne parviennent pas à trouver de travail en voile… Et si elles l’enlevaient tout simplement ?

mardi 12 mai 2015

Le directeur de l'IUT de Saint-Denis sous menace islamiste permanente, sans soutien de l'Education Nationale.


Le sénateur-maire UMP Grosdidier revendique le financement public des mosquées, dont il veut doubler le nombre.


Le Républicain Lorrain du 12/05/2015 :

À son inauguration en 2008, la mosquée de Woippy, financée par l’argent public, avait déjà fait couler beaucoup d’encre. Alors que les crédits de l’ Anru sont épuisés, le FN relance le débat. Le maire lui oppose les textes de loi.

C’est Laurence Burg, élue d’opposition, qui a relancé, par une lettre au préfet Nacer Meddah, un débat vieux de dix ans. Il s’agissait de construire, à Woippy, une mosquée pour les musulmans qui pratiquaient leur culte dans une salle privée. Trop exiguë et surtout très coûteuse car payée par la Ville.
Le maire, François Grosdidier, et sa majorité, avaient alors décidé de construire un centre interculturel. Ce fut chose faite en 2008, moyennant une enveloppe de 3 millions d’euros prise en charge à 80 % par l’ Anru (Agence nationale pour la rénovation urbaine) et à 20 % par la commune. Ce montant prenant en charge l’acquisition du bâtiment et des voiries, la rénovation et l’extension. La construction prenait place dans le vaste projet de rénovation urbaine à 100 millions d’euros.

Des réactions
À l’époque, la décision du maire avait provoqué les vives réactions du Front national, mais aussi des élus municipaux socialistes, pour qui ces locaux, « financés à 100 % par de l’argent public », ne peuvent pas être considérés comme étant « culturels », puisqu’ils sont destinés « à la communauté islamique » de Woippy. (…)

Les caisses sont vides
Depuis, la polémique s’était tassée. Mais dans son courrier au préfet daté du 13 avril 2015, la frontiste Laurence Burg revient à la charge. C’est l’interview de François Grosdidier sur BFM TV, le 7 avril 2015, qui semble en être le déclencheur. Où « M. Grosdidier a préconisé le doublement du nombre de mosquées en France et a cité la grande mosquée de Woippy en confirmant le financement sur fonds publics », s’alarme-t-elle. Or, poursuit-elle dans sa lettre, le projet woippycien « a bénéficié d’une très importante subvention de l’ Anru ».

Le droit concordataire

Pour François Grosdidier, ça l’est parfaitement et ce financement il l’a « toujours revendiqué ». Il rappelle que le préfet de Lorraine, à l’époque Christian de Lavernée, était présent à l’inauguration du centre et qu’il « a rappelé à cette occasion le droit applicable en Alsace-Moselle ». Lire la suite dans Le Républicain Lorrain

Lire la seule enquête sur le financement public des mosquées :

Quand l'imâm "intégré" du Grand Journal face à Ménard fait la promo d' un prédicateur pro Jihad de l'UOIF



Hassan Iquioussen, prédicateur radical de l'UOIF.

L'équipe du Grand Journal  voulait "se payer"  Robert Ménard lundi  11 mai,  mais ni la hargne malhonnête de Jean-Michel Apathie ni l'imâm "modéré" d'Alfortville invité pour lui porter la contradiction n'y sont arrivés.  Et encore, Robert Ménard ne savait pas que l'imâm Abdelali Mamoun, très invité par les médias depuis les attentats de janvier,  est proche de prédicateurs des Frères de l'UOIF. Sur sa page Facebook, Mamoun relaie complaisamment une conférence à venir du "professeur" Hassan Iquioussen, dont nous avions retranscrit une conférence passée tenue à St Denis de la Réunion le 14 janvier 2013 où il fit l'éloge des moujahidines (combattants de Dieu) qui ont conquis l'Espagne, l'Italie et la Sicile. La conquête armée de l'Europe est donc louée comme un Jihad positif pour l'expansion de l'Islam :


 "Yussuf Ibn Tachfin (...)  va fonder un empire les Almoravides . Vous savez quel âge il a lorsqu'il débarque en Andalousie avec son armée pour protéger les musulmans (en réalité pour aider les rois arabes des Taifas à lutter contre les troupes chrétiennes de Alphonse VI résistant à leur invasion) ? D'ailleurs s'il n'était pas intervenu ils auraient disparu. C'est grâce à la bataille de Sagrajas en 478 (après hégire)  que les musulmans vont rester encore 400 années en Andalousie. Grâce à qui ? Grâce à un homme ,Yussuf Ibn Tachfin, qui débarque avec ses moujahidines" avant d'enchaîner sur les conquêtes italiennes...Source: L´engagement en islam http://www.dailymotion.com/video/xwukku_l-engagement-en-islam-par-hassan-iquioussen-partie-2_shortfilms#.UWpnfKKBl48


 Iquioussen prolongea sa réflexion sur le Jihâd en s'appuyant sur le théologien Ibn Qayyim Al-Jawziyyah (1292-1328) qui avait classifié les types de Jihâd dont l'effort armé physique :

"Préférez l´au-delà […] Vous ne savez pas que l´au-delà est meilleur. […] Si vous ne voulez pas vous engager, vous allez souffrir, sur terre et dans l´au-delà. […] Les vieillards s´engagent, vous entendez, les jeunes? […] L´obstacle numéro un c´est que nous préférons la vie d´ici-bas et tous ses plaisirs. […] Si vous préférez  la dounia [ les biens du monde terrestre]  à Dieu, au prophète et au Jihad Fisabilillah [sur la voie de Dieu], à l´engagement, au sacrifice […] Alors si vous préférez tout cela […] Dieu ne guide pas vers le Paradis les pervers. […] Ceux qui préfèrent la dounia ( les biens du monde) à Dieu, au prophète, et au Jihad ont quitté le chemin de la droiture. C´est ce que le Coran dit. […]
Le sommet de l'islam c'est quoi ? c'est l'effort pour la religion [Jihâd]  (…) l'imâm Ibn Qayyim explique ce qu'est le djihâd en islam il dit il y a 13 degrés, Il y a 13 niveaux de Jihad (…)le jihâd contre le nafs [soi-même]  le jihâd contre le shirk [paganisme/idolâtrie/association de divinités] . Après, il y a le jihad contre le munkar [ منكر : mauvaise action ; abominable ; qui provoque l'aversion], le jihad contre les hypocrites (...) et il [Ibn Qayyim]  met au 13eme rang le Jihad armé contre l´ennemi extérieur.(...) la vie du musulman c'est un effort en permanence pour la promotion du bien et de la vertu, pour répandre sur terre la miséricorde et le combat contre l'injustice, le mal [] Le musulman doit être dans l´action pas dans la réaction. Si l'ennemi choisi le champ de bataille tu as perdu la bataille (…) Nous devons contrecarrer la stratégie du diable."

Les 13 niveaux de Jihad font référence à la classification du juriste Ibn Qayyim , qui comprennent le jihad armé clairement offensif, voir le détail ici.

 La nationalité française n'a guère de signification pour lui:

"Nous ne sommes ni marocains ni algériens, nous sommes des musulmans" […] "C´est ça notre identité, c´est ça notre nationalité, c´est ça notre être, c´est ça le plus important. Tout le reste est secondaire" Source:  Le nationalisme http://www.hassan-iquioussen.fr/component/hwdmediashare/mediaitem/49-le-nationalisme.html



A droite, l'imâm sympa du Grand Journal qui pause tout sourires avec Tariq Ramadan…

Modèle d'intégration ? Une phrase, deux fautes de français :








lundi 11 mai 2015

Le "prophète" Mahomet a approuvé le viol des femmes esclaves.

Extraits tirés du Coran et des hadith "Authentiques"(Sahîh), commentaires de Majid Oukacha dans son livre "Il était une foi, l'islam" :



Listes d’esclaves français rachetés en 1785 à Alger par l’ordre de la Trinité

Lu sur cet excellent site de documentaires :

L’Histoire  fournit maint témoignages des victimes européennes de l'esclavagisme arabo-musulman,  comme cette lettre à la Reine datée de 1643 intitulée Les larmes et soupirs de deux milles François esclaves dans l’enfer d’Alger en Barbarie à la Reine régente, mère de Louis XIVDurant les siècles que dura cet esclavage, des Français organisèrent, au péril de leurs vies, des missions de sauvetage pour racheter la liberté de leurs compatriotes captifs, tenant à cette occasion des sortes de listes de Schindler : des litanies de noms, de prénoms, d’âges, d’années d’asservissement, de prix de rachat. Vous n’en avez probablement jamais entendu parler. Tellement  incorrectes, ces listes témoignent ligne après ligne de  vérités à contre-courant des priorités mémorielles de la doxa contemporaine.

La plupart des listes qui suivent ont été rédigées par des Trinitaires, un ordre religieux  fondé à Cerfroid  (Picardie) en 1194 par les Français Jean de Matha et Félix de Valois. Le symbole des Trinitaires est une mosaïque datant de 1210 qui représente Jésus libérant deux captifs, un blanc et un noir. Un ordre similaire, fondé en 1218 à Barcelone par Pierre Nolasque, est celui des Mercédaires. Ces ordres dits de « rédemption des captifs » avaient pour mission de récolter des dons puis d’aller négocier le rachat des esclaves victimes de la traite arabo-musulmane et plus particulièrement les Français aux mains des Barbaresques en Afrique du Nord. Ces missions faisaient l’objet de compte-rendus dans lesquels apparaissaient les  listes dont certaines sont données ci-dessous. Les liens vers les documents originaux numérisés par la BNF (bibliothèque nationale de France) sont disponibles en fin d’article, ainsi que des témoignages d’époque.



Nom - Age - Durée de l'esclavage - Patrie (ville) - Diocèse




En arrivant à Alger en 1830, les français libérèrent encore des compatriotes, ce que les   historiens officiels adeptes de la repentance omettent sciemment.

Les forces syriennes tentent de libérer les 250 syriens assiégés dans un hôpital par Jabhat Al-Nusra


La bataille fait rage dans la région d'Ildib, sous contrôle des islamistes depuis fin avril, qui tentent maintenant de prendre l'hôpital de Jisr Al-Shugour où 250 syriens, civils et militaires, sont retranchés depuis une semaine (photo), dans des conditions très précaires. Jabhat Al-Nusra tente d'investir l'hôpital, sans succès jusqu'alors, mais en lui ayant infligé de sérieux dommages.

Ce dimanche, les forces syriennes dont les meilleures troupes sont engagées (Forces Tigres, Forces de défenses nationales, une brigade de la 11ème division de chars) ont repris la sucrerie de la ville, le village de Al-Mushayrafat tenue jusqu'alors par Ahrar Al-Sham et continuent leur avance à moins de 5 kilomètres de l'hôpital.


Le président Bachar Al-Assad a dans son discours de la commémoration du Jour des martyrs, déclaré son intention  de reprendre la ville de Jisr Al-Shugour  au plus vite.

Les Forces Tiger et leurs alliés ont réussi leur avancée vers Jisr Choughour ce samedi, subjuguant  les militants de Jabhat Al-Nusra et Harakat Ahrar Al-Sham à Tal Al-Sheikh Khataab, prenant le contrôle de cette colline surplombant vitale parties de la 'District Ayn Al-Souda à la périphérie de Jisr Al-Shughour.

samedi 9 mai 2015

Livre: "Il était une foi l'islam" .Majid Oukacha démonte le mahométisme



Présentation : Cela fait maintenant près de dix ans que je ne suis plus musulman. J’ai cessé d’avoir foi en l’islam après avoir sérieusement étudié le puits sans fond que semblent être les textes sacrés du Coran et des hadîts Sahih. Ce long et difficile travail, tant sur celui des commandements de mes anciens maîtres (le Dieu Allah et Son prophète Muhammad) que sur moi-même, m’a amené à entrevoir des conclusions et à théoriser des concepts que je n’ai à ce jour encore jamais entendus ni lus nulle part ! J’aurais pu choisir de mourir avec tous ces secrets mais j’ai préféré prendre le risque d’être l’auteur de ce livre que vous tenez entre vos mains.

Ce sont toujours les mêmes islamologues que j’entends et lis depuis tant d’années, ici, en France. Tous ont pour conclusion définitive que le Coran n’est la source d’aucun problème ou que l’islam voulu par le Prophète Muhammad est une religion de paix, d’amour et de tolérance. Mais connaissez-vous une seule étude globale et systémique des textes sacrés islamiques qui serait capable de soulever des constats critiques sur les principaux dogmes coraniques et d’analyser les limites de ces dogmes en se passant de la morale ou des concepts manichéens du Bien et du Mal ? Lire la suite sur le site de l'éditeur.

Jihâd médiatique contre Robert Ménard

Extrait de la tribune de Stéphane de Montalembert sur son blog - L'affront commis par M. Ménard est tellement ignoble que même la tenue d'un procès semble une concession déplacée. La machine à broyer, le jihad médiatique est en marche:
[Le gouvernement français] qui a fait rentrer entre 15 et 20 millions d’allogènes en un quart de siècle, monte sur ses grands chevaux républicains pour menacer la tourbe populaire encore trop rétive.(...) Le crime reproché au maire de Béziers est hallucinant, il est incroyable, il relève de la pathologie la plus complète et du renversement des valeurs le plus total, et il consiste, ce crime, à compter le nombre de musulmans dans les écoles ! Or, savoir combien il y a de musulmans en France, dix, quinze ou vingt millions est, pour les fous qui nous dirigent, un crime contre l’humanité.

Robert Ménard eut droit à une  mise en examen et la fouille en règle de ses bureaux et de ceux de ses collaborateurs moins d'un jour après ses commentaires à la télévision ; la célérité avec laquelle la Force Publique est à l'affût contraste avec la franche apathie des autorités lorsqu'il faut défendre quelque chose comme le droit de propriété ou lorsqu'elles conseillent à des victimes à répétition de déménager... De même, il est probablement déplacé de faire quelques parallèles, comme on dit. Par exemple, rappeler que:
  • Tous les élèves de France et de Navarre eurent au cours de leur scolarité à remplir d'innombrables petites fiches en début d'année pour que leurs professeurs "les connaissent mieux", fiches contenant sempiternellement la profession des parents par exemple, sans que cela ne soit jamais considéré comme du fichage.
  • Le même fichage inexistant qui a lieu à tous les niveaux de l’État français et depuis longtemps, et se renforce régulièrement suite à des lois contre le terrorisme (lequel implique essentiellement des témoins de Jéhovah comme chacun sait).
  • Manuel Valls l'indigné-en-chef proclamant crânement sur un tweet que la République ne faisait aucune distinction entre ses enfants, ne se gêna apparemment pas pour en faire entre les adultes quelques années plus tôt.
  • En 2012, SOS Racisme se livra à la même étude sur l'origine basée sur le prénom sans être le moins du monde inquiétée.
  • Question pour les curieux: comment les cantines scolaires de ces fameuses écoles-où-on-ne-dénombre-pas-les-enfants-selon-leur-religion font, sans jamais tenir un fichier, pour fournir des repas halal à ceux qui en font la demande?
On pourrait probablement trouver de nombreux autres exemples de l'absurdité d'une France qui prétend ne ficher soi-disant personne, jamais, et encore moins sur des considérations religieuses, et le fait en réalité en permanence." Lire la suite

vendredi 8 mai 2015

Ex-président de la fédération de football du Qatar... et principal mécène du terrorisme islamique (Telegraph /US Treasury)

By Robert Mendic, Chief Reporter - 7:00AM GMT 16 Nov 2014

Two of al-Qaeda’s most senior financiers are living with impunity in Qatar despite being on a worldwide terrorism blacklist, the American official in charge of sanctions has disclosed.   

The revelation casts serious doubt on the Gulf state’s insistence that it does not support terrorists, including jihadists in Syria and Iraq.

 It will also add to growing calls on the British Government to put pressure on Qatar to crack down on terrorist financiers following the murder of two British aid workers in Syria.  Qatar has huge investments in Britain — including such landmark businesses as the Shard skyscraper — and yet at the same time is apparently condoning jihadist financiers operating out of the Gulf. 

The two Qataris — Khalifa Muhammad Turki al-Subaiy and Abd al-Rahman bin Umayr al-Nuaymi — are living in Doha, the country’s capital, and are free to go as they please, according to David Cohen, the US Treasury under-secretary for terrorism and financial intelligence.
Mr Cohen has accused Qatar and its near neighbour Kuwait of being “permissive jurisdictions for terrorist financing” but until now the fate of a number of money men — identified as Specially Designated Global Terrorists by the US government — has not been known.

Qatar has refused to say what has happened to al-Subaiy, al-Nuaymi and others on US and United Nations terrorism sanctions lists.

The Telegraph has asked over a number of weeks about the status of the men and Qatar has refused to answer.

But during a question and answer session following a keynote speech in Washington, a transcript of which has been obtained by The Telegraph, Mr Cohen said: “There are US- and UN-designated terrorist financiers in Qatar that have not been acted against under Qatari law. There’s Khalifa al-Subaiy — and more recently, Abd al-Nuaymi, who we designated last December, the UN designated in August.” Mr Cohen added that both men were residents in Qatar.The US Treasury said it could not disclose further classified information on the men. 

Both al-Nuaymi and al-Subaiy are understood to be well-connected to Qatar’s ruling elite. 

They are also accused of raising millions of dollars for al-Qaeda and other jihadist groups. Al-Qaeda and Islamic State of Iraq and the Levant (Isil) have announced a deal to fight together in Iraq and in Syria. 

Al-Subaiy, 49, a former Qatari Central Bank employee, was blacklisted as a terrorist fundraiser as long ago as 2008 but still appears to be heavily involved in a jihadist network. 

According to the official American report, al-Subaiy was identified as “a Qatar-based terrorist financier and facilitator who has provided financial support to, and acted on behalf of, al-Qaeda senior leadership, including senior al-Qaeda leader Khalid Sheikh Mohammed (KSM) prior to KSM’s capture in March 2003”. 

Khalid Sheikh Mohammed has been named as the “principal architect of the 9/11 attacks” and is being held in Guantánamo Bay. 

He had lived freely in Qatar for a number of years in the Nineties despite being wanted even at that stage by the US for terror offences. 

Al-Nuaymi, a former president of the Qatar Football Association, is accused of being one of the world’s most prolific terrorist fundraisers, accused of sending more than £1.25 million a month to al-Qaeda jihadists in Iraq and hundreds of thousands of pounds to Syria. 

He was designated a terrorist in the US last December and added to a British sanctions list only in October this year. Lire la suite

(Censuré par la presse française)